Un savoir multiculturel

Il est un fait avéré que la réflexologie plantaire est un art millénaire et que plusieurs civilisations en connaissaient l’usage. A travers des multiples témoignages archéologiques, nous trouvons des références picturales et/ou textuelles décrivant la pratique des soins des pieds.

EN AMERIQUE :

Certains témoignages rapportent que l’origine de la réflexologie plantaire remonte aux Incas, très ancienne civilisation du Pérou, datant de 12000 av. JC. Ils auraient transmis leur savoir aux indiens d’Amérique du nord qui l’utilisent toujours et en particulier chez les Cherokees. Dans cette tribu, le massage réflexe du pied est considéré comme un art sacré, les pieds symbolisant la partie du corps qui relie l’homme à l’univers et aux esprits.

EN ASIE :

Les traitements par pression sur des points spécifiques sur des pieds étaient connus en Chine et en Inde depuis plus de 5000 ans.

L’étymologie du mot «pied» en chinois signifie littéralement: «partie du corps qui sauvegarde la santé».

Laura Pionnier, votre réflexologue à Cannes
Pieds de Bouddha, trouvé en Chine
Laura Pionnier, votre réflexologue à Cannes
Pieds de Vishnu, trouvé en Inde

 

 

 

 

 

 

 

 

EN EGYPTE :

Laura Pionnier, votre Réflexologue à Cannes

A Saqqarah, dans le tombeau d’un médecin Egyptien prénommé Ankmahor, il existe une fresque murale (2500 à 2330 avant J-C) illustrant deux thérapeutes à la peau sombre exerçant sur deux patients une forme de Réflexologie plantaire et palmaire.

Le papyrus, placé au-dessus du dessin, dissipe tout doute au sujet de l’action thérapeutique:

«Veuillez apaiser la douleur» demande le malade, « je ferai comme il vous plaira», répond le médecin.

La présence de ces pratiques similaires parmi des cultures lointaines nous indique un savoir empirique et répandu dans le monde.

 

EN OCCIDENT

Laura Pionnier, votre Réflexologue à Cannes

Bien des siècles plus tard, la civilisation occidentale a aussi posé son empreinte sur l’histoire de la Réflexologie.

En 1582, en Italie, les docteurs Adamus et Atatis ont publié un ouvrage consacré à la « thérapie de zone ». Puis un peu plus tard à Leipzig, le Dr Bell écrit un livre sur la « thérapie par pression », pratiquée à l’époque en Europe centrale.

En 1893, Sir Henry Head fait une découverte porteuse d’avenir pour la suite en découvrant que les zones de sensibilité et de douleurs au niveau du pied pouvaient être la conséquence d’une pathologie organique.

En 1913, le Dr William Fitzgerald, médecin ORL américain ayant exercé à Paris, Londres et Vienne, commence des recherches sur cette technique qu’il appelle « zone therapy ».

Il publia « Zone Therapy or relieving pain at home » en 1917. Dans ce livre il décrivit comment soulager la douleur en exerçant des pressions à l’aide de divers accessoires sur les pieds et sur les mains. Le Dr. Fitzgerald découpa le corps en 10 zones se prolongeant sur les doigts et les orteils.

Dans les années 30, le Dr Joe Riley et la physiothérapeute Eunice Ingham s’intéressèrent aux travaux de Fitzgerald. Cette dernière se mit à explorer les pieds de ses patients. Elle aboutit à l’élaboration des célèbres planches des zones et points réflexes sur les pieds, encore utilisées de nos jours.

En 1938, elle résuma toutes ses expériences dans un ouvrage intitulé: « Stories the feet can tell ». Ce livre contribua à faire connaître la réflexologie qui commença à se développer en Amérique et dans les pays Anglo-saxons.

C’est son neveu Dwight Bayers qui poursuit désormais son travail au sein de l’International Institut of Reflexology aux Etats Unis.