Vous connaissez sans doute le terme burn out. Mais qu’est-ce que le bore out et le brown out ? En quoi sont-ils différents ou proches du burn out (épuisement professionnel)?

LE BURN OUT, LE BORE OUT ET LE BROWN OUT, QU’EST-CE QUE C’EST ?

Ces trois formes d’épuisement n’ont pas les mêmes causes mais ont, à peu près, les mêmes symptômes.

Ils provoquent un stress et une fatigue chronique, une anxiété qui peut évoluer en état apathique / dépressif, un sentiment d’inutilité et de honte, des troubles émotionnels (hypersensibilité, absence d’émotions), des troubles cognitifs (troubles de concentration) et une somatisation en maladie (troubles cardio-vasculaires, troubles intestinaux, douleurs, insomnies, système immunitaire affaibli).

 

LE BURN OUT

Le burn-out est la pathologie la plus connue.

Suivant l’OMS, le terme de burn-out ou d’épuisement professionnel désigne spécifiquement des phénomènes relatifs au contexte professionnel. Le burn out est du à une charge de travail conséquente.

La définition de l’OMS est la suivante:

«Le burn-out, ou épuisement professionnel, est un syndrome conceptualisé comme résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été correctement géré». Trois dimensions le caractérisent:

  • un sentiment de manque d’énergie ou d’épuisement;
  • un retrait vis-à-vis du travail ou des sentiments de négativisme ou de cynisme liés au travail;
  • une perte d’efficacité professionnelle.»

Les personnes ayant des valeurs fortes et aimant s’impliquer font partie de celles les plus à risque de vivre un burn out. Si vous vous investissez, il est important que l’effort que vous fournissez contribue à quelque chose de vraiment important pour vous. Si ce n’est pas le cas ou pire, si vous constatez que cela va à l’inverse de vos valeurs, vous usez vos réserves. Dépenser beaucoup d’énergie à quelque chose qui ne vous nourrit pas en retour est usant, même si vous êtes dans de bonnes conditions de travail, même sans surcharge de travail.

 

LE BORE OUT

Si le burn out est associé à la surcharge de travail, le bore out, c’est plutôt l’inverse. Le bore out, c’est l’épuisement par l’ennui, par le manque de tâches (signifiantes, utiles, stimulantes) à accomplir, par le cantonnement à des tâches répétitives pour lequel le salarié est surqualifié et par une forme de mise ou placard.

Les tâches à effectuer sont peu nombreuses et/ou inintéressantes. La situation peut créer une gène, voire de la honte.

L’être humain à besoin de se sentir utile pour se sentir épanoui. L’ennui, le sentiment d’inutilité génère un stress qui devient chronique et peut engendrer une détresse psychologique.

La réduction significative des tâches, la mise au placard ou l’exclusion de l’organigramme peuvent d’ailleurs être considérées comme un acte de harcèlement moral.

 

LE BROWN OUT

Le brown out, en revanche, est un épuisement lié au manque de sens voir l’absurdité des missions/tâches accomplis et par un conflit entre les tâches réalisées et les valeurs profondes que l’on porte. Concrètement, il concerne les salariés dont le travail est en opposition avec leur éthique personnelle. Comme un écolo dans l’âme qui travaillerait dans une centrale nucléaire, par exemple. Cela peut également être le fait de ne pas ou plus comprendre le but de son travail.

Brownout en anglais signifie coupure d’électricité, baisse de tension, panne de courant. Le sens de ce que nous faisons est notre carburant. Lorsque nous sommes alignés avec nos valeurs, nous nous sentons nourris, nous avons un sentiment d’accomplissement. Inversement lorsque ce que nous faisons n’a pas de sens, cela nous use à long-terme.

 

COMMENT SE SORTIR DU BURN OUT,  DU BORE OUT OU DU BROWN OUT?

Je peux  dire que j’ai connu ces 3 formes d’épuisement professionnel avant de me reconvertir. J’essayais de me faire une raison en se disant que je gagnais bien ma vie avec ces jobs ou que les conditions de travail pourraient être pires mais mon corps continuait à dire stop!

Dans une entreprise à la charge fluctuante, j’ai connu l’alternance de sous-charge et surcharge.

J’ai également eu un employeur qui m’a demandé d’inventer un bateau à grande vitesse alors que je n’ai aucune compétence en architecture navale.

J’ai aussi eu un emploi pour lequel j’étais surqualifiée et dans lequel les tâches m’ennuyaient à mourir. Le morcellement des tâches a abouti à créer des jobs complètement inintéressants. Quand on me demandait ce que je faisais, j’avais honte de parler de mon travail.

Et ce qui a été la goutte d’eau qui a fait débordé le vase, c’est le conflit de valeurs.  La société qui m’employait à l’époque a été reprise par une entreprise qui travaillait essentiellement dans les secteurs de l’armement et du nucléaire. Même si techniquement le job était parfois intéressant et ne concernait qu’un petit équipement anodin, je ne pouvais m’ôter de la tête le but final de mon travail. J’avais une collègue pour qui ça ne posait pas de problème et je voyais ça comme une aliénation par la technique.

Comment on sort de l’épuisement professionnel?

Physiology first! Il va falloir prendre soin de soi.

Je conseille d’abord de pratiquer le SMS (sommeil, massage, soleil) pour régénérer le système nerveux et recharger les batteries.

Ensuite il va falloir apprendre à s’écouter et revoir ses priorités. S’il y a un avantage à l’épuisement professionnel, c’est bien celui-là. Notre corps nous indique où aller ou ne pas aller.

Enfin je dirais créer sa vie en s’affirmant davantage, en développant la confiance en soi et en faisant de petites actions chaque jour vers ses objectifs.

Quelques conseils pour choisir un job:

  • D’abord celui-ci doit avoir du sens pour nous.
  • On doit pouvoir y développer ses compétences.
  • Il est important aussi que notre avis soit entendu.
  • Enfin le travail doit être divisé en objectifs atteignables afin d’avoir le sentiment de progresser.

 

CONCLUSION

Et vous quel est la cause première de votre épuisement ? Est-ce le travail ou d’autres sphères de votre vie ? Si c’est bien le travail, est-ce la surcharge, des tâches peu nombreuses et/ou inintéressantes ou le manque de sens?

Cette article vous parle ? Vous avez déjà vécu un burn out, un bore out, ou un brown out ? Partagez votre témoignage dans les commentaires pour que d’autres puissent mieux comprendre ce qu’ils vivent.

Laura Pionnier

Vous pouvez me contacter pour m’exposer les challenges que vous rencontrez et nous pourrons convenir d’un entretien téléphonique gratuit pour en discuter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *